Lorsque l’herpès se réveille, on appelle cela une poussée d’herpès, une crise ou une récidive. Elle dure généralement entre 2 et 10 jours. Durant toute cette durée, l’individu est très contagieux. Pour éviter la contagion de son entourage, des règles d’hygiène drastiques doivent être respectées.

Les causes de réapparition du virus ne sont pas connues mais certaines conditions ou circonstances peuvent contribuer à son réveil : la fatigue, le stress, le froid, l’exposition au soleil, la consommation d’alcool, un traumatisme local ou un choc émotionnel.

Les poussées d’herpès surviennent le plus souvent sur les lèvres (herpès labial, bouton de fièvre ou feu sauvage), dans la bouche (herpès buccal), dans les yeux (herpès oculaire), sur les organes génitaux (herpès génital) ou sur l’anus (herpès anal). Tous les endroits infectés par le virus sont contagieux.

Mais combien de temps faut-il pour guérir une poussée d’herpès ? Et pendant combien de jours sommes-nous contagieux ? Réponses dans cet article.

Les signes annonciateurs d’une crise

La contagion s’amorce dès les premiers symptômes alors qu’aucune lésion n’est encore visible. Concrètement, quelques jours avant une poussée d’herpès, la personne ressent des picotements, des démangeaisons, des sensations douloureuses de brûlure ou d’engourdissement. Une rougeur apparaît alors. Elle est suivie quelques heures plus tard de petites cloques remplies d’un liquide clair qui se trouble.

Les boutons finissent par se rompre. Chargé en virus, le liquide qui en sort est extrêmement contagieux. Viennent ensuite des ulcérations puis des croûtes. C’est après une dizaine de jours qu’intervient la cicatrisation. Chez l’homme, la poussée d’herpès est souvent moins douloureuse que chez la femme et la guérison est aussi plus rapide.

En cas de lésion douloureuse, d’irritation ou de simple gêne au niveau des organes sexuels, il est préférable de consulter rapidement un médecin. Ce dernier procédera si besoin à un prélèvement ainsi qu’à un test sanguin pour établir le diagnostic. Un traitement sera alors prescrit pour aider le patient contagieux à guérir son herpès.

Contagieux pendant combien de temps ?

Que l’on souffre d’un herpès génital ou d’un simple bouton de fièvre, il convient de bien connaître la durée pendant laquelle l’herpès est contagieux. Rappelons tout d’abord que le virus se transmet d’une personne à une autre par contact direct avec des lésions herpétiques ou des sécrétions contaminées.

Le risque de contagion devient plus important lors d’une poussée d’herpès. En effet, la personne est contagieuse dès l’apparition des premiers symptômes jusqu’à la guérison complète de la peau ou de la muqueuse. Le virus ayant une durée de vie à l’air libre de 48 heures, il faut également prendre en compte ce délai après la guérison.

En résumé, un individu sujet à une poussée d’herpès est contagieux au moins 24 heures avant l’apparition des premiers symptômes. Il le reste jusqu’à ce que la peau redevienne parfaitement normale, soit une dizaine de jours. Toutefois, ce laps de temps varie en fonction des personnes, du type d’herpès et des traitements prescrits. Il peut être plus court ou plus long selon les cas.

Se protéger de la contagiosité

La contagion du virus de l’herpès nécessite de prendre des mesures pour ne pas contaminer son partenaire. Ainsi, en cas d’herpès génital, le port du préservatif est recommandé lors d’un rapport sexuel. Néanmoins, le contact peau à peau présente un certain risque contagieux si des lésions sont présentes chez le sujet présentant une poussée d’herpès.

Durant toute la durée d’une poussée d’herpès, il faut aussi veiller à la santé de ses proches, de sa famille et de ses collègues. Par conséquence, en cas d’herpès labial ou d’un bouton de fièvre, le baiser est évidemment à proscrire. On évitera également de rendre visite à un bébé ou à un malade dont le système immunitaire est affaibli.

Par ailleurs, une personne porteuse du virus peut également s’auto-contaminer en touchant avec ses doigts un autre endroit de son corps. Le lavage des mains de façon systématique s’avère être la meilleure des solutions pour contenir la contagion et ne pas risquer de disperser le virus à tout-va pendant une poussée d’herpès.

Quand la contagion est passée

Le virus de l’herpès ne peut pas être éradiqué totalement. Une fois installé dans l’organisme, il y reste à vie et se réveille si le terrain lui est favorable. L’herpès est donc toujours potentiellement contagieux.

Toutefois, en dehors d’une poussée d’herpès, le risque de contagion est plus faible mais le virus peut subsister sans aucun symptôme dans la salive, les larmes, les sécrétions nasales, les lésions ainsi qu’au niveau du visage et des organes génitaux. Surtout si la première crise est récente ou si les récidives sont nombreuses.

En clair, l’herpès peut être contagieux entre deux poussées d’herpès même si rien ne le laisse présager. De fait, cela rend les choses un peu plus compliquées même si le risque de contamination est évidemment moindre quand le virus se rendort. Il est donc crucial de savoir gérer sa contagion de la meilleure façon possible pour limiter la transmission.

Consultez ces articles pour en apprendre davantage sur l'herpès