Poussée d’herpès : symptômes et contagion

Lorsque l’herpès se réveille, on appelle cela une poussée d’herpès, une crise ou une récidive. Elle dure généralement entre 2 et 10 jours.

Les causes de réapparition du virus ne sont pas connues mais certaines conditions ou circonstances peuvent contribuer à son réveil : la fatigue, le stress, le froid, l’exposition au soleil, la consommation d’alcool, un traumatisme local ou un choc émotionnel.

Les poussées d’herpès surviennent le plus souvent sur les lèvres (herpès labial ou bouton de fièvre), dans la bouche (herpès buccal), sur les organes génitaux (herpès génital) ou sur l’anus (herpès anal).

Les solutions contre l'herpès [CLIQUEZ]

 

Herpès réveil poussée

Les signes annonciateurs d’une crise

Quelques jours avant une poussée, la personne ressent des picotements, des démangeaisons, des sensations douloureuses de brûlure ou d’engourdissement. Une rougeur apparaît alors. Elle est suivie quelques heures plus tard de petites cloques remplies d’un liquide clair qui se trouble.

Les boutons finissent par se rompre. Ils laissent des ulcérations puis des croûtes. C’est après une dizaine de jours qu’intervient la cicatrisation. On constate chez l’homme une douleur moins élevée et une guérison plus rapide que chez la femme.

En cas de lésion douloureuse, d’irritation ou de simple gêne au niveau des organes sexuels, il est préférable de consulter rapidement un médecin. Ce dernier procèdera si besoin à un prélèvement ainsi qu’à un test sanguin pour établir le diagnostic. Un traitement sera alors prescrit pour soigner l’herpès.

Herpès traitement

Une contagiosité plus élevée

Le virus se transmet par contact avec des lésions herpétiques ou des sécrétions contaminées. Le risque de contagion devient plus important lors d’une poussée d’herpès. La personne est en effet contagieuse dès l’apparition des premiers symptômes jusqu’à la guérison complète de la peau ou de la muqueuse. Le virus ayant une durée de vie de 48 heures à l’air libre, il faut également prendre en compte ce délai après la guérison.

En cas d’herpès génital, le port du préservatif est recommandé lors d’un rapport sexuel. En cas d’herpès labial, le baiser est à éviter. La personne porteuse du virus peut également s’auto-contaminer en touchant avec ses doigts un autre endroit de son corps.

En dehors des poussées d’herpès, le risque est plus faible mais le virus peut subsister sans aucun symptôme dans la salive, les larmes, les sécrétions nasales, les lésions ainsi qu’au niveau du visage et des organes génitaux. Surtout si la première crise est récente ou si les récidives sont nombreuses.

Je dis NON à l'herpès ! Et vous ? [CLIQUEZ]