Herpès oculaire : symptômes, traitements et prévention

16 septembre 2017

L’herpès oculaire ou herpès ophtalmique est une affection particulièrement grave : elle peut entrainer la perte de la vue sans traitement adapté. L’infection est causée par le virus de type HSV1.

Elle se produit à la suite d’une auto-contamination par un herpès labial. C’est la cause principale de transmission dans la majorité des cas. L’individu se frotte les yeux après avoir touché une lésion herpétique et se contamine. L’herpès oculaire peut affecter la paupière, la cornée et la rétine.

Quels sont les symptômes de l’herpès oculaire ?

Au début, les symptômes de l’herpès ophtalmique sont parfois discrets et peuvent se confondre avec une conjonctivite. Le malade a la sensation d’avoir un grain de sable permanent sous la paupière.

Il ressent des picotements, une sécheresse oculaire et les paupières sont gonflées. L’oeil est rouge et douloureux. L’acuité visuelle baisse et la lumière devient gênante (photophobie). La consultation d’un ophtalmologue doit alors se faire en urgence dès les premiers signes.

L’herpès oculaire peut atteindre la cornée en provoquant une inflammation appelée kératite herpétique. La cécité est le principal risque sans traitement rapide.

Comment traiter un herpès oculaire ?

L’herpès oculaire doit être considéré comme une urgence ophtalmique. Il est déconseillé de pratiquer l’auto-médication pour ne pas aggraver la situation. La consultation d’un médecin permet de poser un diagnostic et d’apporter une réponse adaptée. Pour les cas les plus simples, un antiviral local sous forme de pommade ou de collyre suffit à soigner un herpès oculaire.

En cas de récidive, ce qui arrive généralement 1 fois sur 3, un traitement oral vient compléter la prescription. En revanche, si la kératite herpétique engendre des lésions irréversibles, une greffe de cornée peut s’avérer nécessaire

Comment éviter l’herpès oculaire ?

Très contagieux, le virus HSV1 est présent au niveau des lésions cutanées mais aussi dans la salive. Des gestes simples permettent d’éviter l’herpès oculaire par auto-infection.

Ainsi, lors d’une poussée herpétique, il ne faut pas toucher les lésions avec ses doigts. Il est vivement déconseillé de se frotter les yeux. Le lavage des mains doit également être systématique jusqu’à la guérison complète de l’herpès pour écarter toute transmission du virus à soi-même ou à autrui. Enfin, une personne qui porte des lentilles de contact ne doit jamais les humidifier avec sa salive.

Par ailleurs, quand l’oeil a été contaminé une première fois, les récidives sont possibles. Le virus de l’herpès se loge en effet dans un ganglion nerveux de l’oeil sans qu’on puisse l’éradiquer. Il se réveille occasionnellement en fonction de certains paramètres. Pour empêcher la récidive d’un herpès oculaire, une attention particulière doit être portée sur les facteurs qui déclenchent le réveil du virus afin de mieux le maitriser : fatigue, stress, exposition au soleil…

Un traitement continu est parfois nécessaire pour contenir l’action du virus chez les patients qui présentent des récidives chroniques. Car chaque poussée d’herpès oculaire détériore un peu plus la cornée en entrainant une baisse irréversible de l’acuité visuelle. Il faut alors envisager la greffe.